Design

Une Alfa Romeo, une arme, une femme.


Alors que Cannes proclame le cinéma sous un nuage de films, d’alcool et de botox, le design ne doit pas être oublié. Flirtant l’un avec l’autre, tels B.B sur son canapé rouge (quid de l’Alpha Roméo ? ), design et cinéma entretiennent une relation complémentaire. Abandonne toi à un drink Rhum sur les formes féminines des tables du Korova Milk Bar et regarde le 7ème art sous l’oeil du design.

Le Mépris - Jean-Luc GODARD - 1963

Descendant du décor de théâtre et de l’architecture, le décor de cinéma obéit à des règles bien particulières : il doit installer le spectateur dans une esthétique servant au scénario. L’objet peut alors être purement accessoire et devenir un marqueur temporel ou alors servir le sujet même du film.

L’utilisation première de l’objet designé comme acteur principal de la mise en scène est intervenue sans surprise par le biais d’un architecte : Robet Mallet-Stevens. Cet architecte designer français, fondateur et premier président de l’Union des Artistes Modernes, réalisa de nombreux décors pour le cinéma, notamment La Maison Vide de Raymond Bernard en 1921, ou encore L’inhumaine de Michel Herbier en 1924. Alors que les décors n’avaient pas encore été réellement réfléchi, la logique faisant la part belle aux stéréotypes (un salon devant être composé un mobilier Louis XVI), le décor devient moderne. Très influencé par le nouveau réalisme de Fernand Léger, la forme et les couleurs amènent une nouvelle perception sur notre monde et son évolution industrielle.

L'Inhumaine - Affiche Fernand LEGER - 1923

L'Inhumaine - Marcel L'Herbier - 1923

Dans Métropolis de Fritz Lang (1927), l’objet devient à la fois acteur du récit et organise la société. L’organisation spatiale structure le système de caste de cette société futuriste. Les puissants sont en haut (symbolique du pouvoir divin omniscient et de la position de prédateur) tandis que les plus pauvres habitent en bas. L’objet sera également présent dans le récit même avec l’utilisation du robot qui aura pour but de désunir le monde ouvrier (attention, une subtile métaphore se cache ici, sauras tu la retrouver ? ).

Metropolis - Fritz LANG - 1927

Metropolis - Fritz LANG - 1927

Metropolis - Fritz LANG - 1927

Les français ne seront pas en reste avec le cinéma naïf de Jacques Tati, dans Mon Oncle en 1958. Le réalisateur se fera même designer puisque la villa Arpel, objet même du film qui nous interroge sur la société de capitalisme consumériste, aura été conçu par Jacques Tati lui-même. Cet villa, à mis chemin entre l’architecture moderne et la culture pop est un témoignage du design de l’époque. Le designer s’intéresse beaucoup au mobilier modulable et l’utilisation de l’acier. Le film nous questionnera sur le lien même de l’esthétique industrielle et son adéquation entre la fonction, la structure et la forme.

Villa Arpel - Mon Oncle - Jacques TATI - 1958

Villa Arpel - Mon Oncle - Jacques TATI - 1958

L’arrivée de la culture pop et de la nouvelle vague dans les années 60 amène un nouveau design dans le cinéma.

Le principe même de la nouvelle vague impose l’utilisation d’un nouveau mobilier. Le Mépris de Jean-Luc Godard en 1963 en est un parfait exemple. Le fait de considérer la nécessité de filmer une histoire d’amour d’une manière autre que ce qui a été fait jusqu’à présent est moderne. Modernité du sujet induit une modernité de l’objet. L’adéquation entre la valeur symbolique de l’objet/la construction et sa matérialité est totale. Le style est plus minimaliste et le design plus contemporain.

Villa Malapart - Le Mépris - Jean-Luc GODARD - 1963

Villa Malaparte - Le Mépris - Jean-Luc Godard - 1963

Hiroshima mon amour - Alain Resnais - 1959 - Comment montrer l'horreur vécue à Hiroshima ?

Hiroshima mon amour - Alain RESNAIS - 1959 - L'objet, une analogie de la chair qui est fondue, transformée par le principe même de l'explosion de l'atome.

La culture pop se fera aussi très présente avec le cinéma de Stanley Kubrick. Le cinéaste a toujours porté une extrême attention au design. L’anticipation d’Orange mécanique sur notre société ne peut se faire que par l’intermédiaire d’un design qui nous rappelle notre époque, en ajoutant sa dose de violence et de sexualité. Le film étant sorti en 1971, celui-ci sera post-pop, avec une utilisation sans cesse renouvelée du plastique et des couleurs vives.

Korova Milk Bar - Orange Mécanique - Stanley KUBRICK - 1971

Orange Mécanique - Stanley KUBRICK - 1971

Orange Mécanique - Stanley KUBRICK - 1971

2001, l'Odyssée de l'espace - Stanley KUBRICK - 1968

2001, l'Odyssée de l'espace - Stanley KUBRICK - 1968

Ces bases du cinéma modernes donneront sa place au design sur nos écrans. Que ce soit la froideur de l’intérieur de Patrick Bateman dans American Psycho, l’Aston Martin de James Bond ou l’absence même de design des armes de film d’horreur (la laideur ne se vend pas si mal), l’objet prend son importance et devient le symbole de nombreux films. C’est sur ce constat que le studio canadien Moxy creative et les illustrateurs James Alexander Mathers et Andrew Lau ont sortent une série d’affiches de films minimalistes, une consécration de l’objet comme identité du film.

American Psycho - Mary HARRON - 2000

Aston Martin DB5 - Goldfinger - 1964

Actu : 

Dans le cadre de « Songe d’une nuit d’été », le FRAC Centre présente à Orléans du 16 mai au 15 juillet 2012 l’exposition « Véhicules rêvés ».

L’exposition « Design politique » a ouvert ses portes à la Cité du design de Saint-Etienne du 11 mai au 6 janvier 2013. 

Marc Lauzeral

Marc Lauzeral

Tags: , , , , , , , , , ,

Les articles que vous aimez


UN DESIGN POÉTIQUE


Apprendre, désapprendre, s'approprier et détourner. On pourrait donner ces quelques termes comme point de départ à une carrière artistique : réutiliser les éléments de la vie quotidienne et les détourner de leur fonction première est bel et bi...

Lego, Kapla... et Habitat


Les étudiants en design, art, et architecture penchent sur les nouvelles manières d'habiter. Habitat modulaire, logement préfabriqué, cette architecture souvent mal jugée répond aux enjeux contemporains de développement. Un petit tour de table de...

Design thérapeutique


Le design s’ouvre aujourd’hui à des enjeux multiples et croisés. Qu’il s’agisse de style, de technologie, de science, ou encore de tendance sociale, la place du designer reste la même : concevoir des objets ou des systèmes qui ont du sens. Mais f...